Palmarès JV

Page 8 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Aller en bas

Palmarès JV - Page 8 Empty Re: Palmarès JV

Message par kurush le Dim 31 Mar 2019 - 19:55

Whip Rush (MD) 31.03.19

Un petit shump horizontal assez méconnu réalisé par Vic Tokai (les créateurs de Battle Mania), sorti uniquement au Japon et aux US il me semble. Il a pour principal originalité d'alterner des passages à scrolling horizontal et d'autres à scrolling vertical.
Niveau armement, on est en terrain connu avec 3 types de tirs upgradables (laser/missiles/boules de feu) et 2 modules qu'on peut faire pivoter autour du vaisseau, placer devant/derrière, rapprocher ou éloigner... On peut également calibrer la vitesse de vaisseau, caractéristique que l'on retrouve déjà dans pas mal de shmups de l'époque sur PC Engine, mais un peu plus rarement sur Mega Drive. Par contre, ici pas de smart bombs, il faudra se contenter de l'armement de base.
Graphiquement, c'est correct sans plus, avec des décors assez vides, et qui souffrent de la comparaison avec d'autres productions également sorties en 1990-1991 sur Mega Drive (Thunder Force III, Gaiares, Gynoug, etc). Heureusement, le level design assez inspiré rattrape le tout. Les musiques sont correctes, si l'on aime ces sonorités "métalliques" typiques des premiers jeux MD. Le jeu n'est pas très dur, les 7 stages se plient sans trop de difficulté malgré quelques passages assez tendus à partir du stage 5.
Bref, vous l'aurez compris, Whip Rush n'est clairement pas un indispensable mais un bon p'tit jeu à avoir dans sa ludothèque MD jap, surtout si on est fan de shoot them up.

kurush
Near-mint
Near-mint

Messages : 514
Date d'inscription : 25/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Palmarès JV - Page 8 Empty Re: Palmarès JV

Message par kurush le Mer 17 Avr 2019 - 15:49

GS Mikami Joreishi wa Nice Body (SFC) 11.04.19

Développé par Natsume et exclusif au marché japonais, GS Mikami est une adaptation du manga éponyme. On y incarne Mikami, une "Ghost Sweeper", c'est-à-dire une espèce d'exorciste chargée de nettoyer des environnements infestés de fantômes et autres esprits. Dans la pratique, le titre s'apparente à un action-platformer. Mikami dispose d'une sorte de bâton de prêtresse (upgradable en ramassant des items), elle peut également sauter et s'agripper à des plateformes. Le gameplay est ultra classique et assez basique mais les commandes ont le mérite d'être précises. Mikami peut également utiliser l'équivalent d'une smart bomb, qui consiste en un vortex capable d'aspirer les petits ennemis et de freezer les boss.
Les décors/niveaux alternent le chaud et le froid... Si certains sont très réussis et détaillés (notamment celui où on chevauche un chat qui saute de toit en toit au beau milieu d'une ville japonaise), d'autres sont beaucoup plus standards, vides et manquent cruellement d'originalité... C'est d'ailleurs l'un des reproches que l'on peut faire à GS Mikami, à savoir le manque de prise de risque. On sent que Natsume (reponsable de quelques pépites sur le support, les Kiki Kaikai, Wild Guns, Ninja Warriors, etc) s'est contenté du minimum syndical et a eu tendance à verser dans le fan service. Néanmoins, les sprites sont de taille conséquente, les animations sont fluides et les musiques énergiques/entêtantes font le job. Le jeu se plie rapidement (45 mins environ) et ne vous posera aucune difficulté ou presque, avec ses continues infinis et son système de passwords.
Une petite cartouche sympa à posséder en tout cas, surtout si on affectionne les délires typiquement nippons.


Indiana Jones' Greatest Adventures (SFC) 14.04.19

Un autre action-platformer, développé par Lucas Arts cette fois. Ils étaient déjà à l'origine des 3 Super Star Wars sur Super Nintendo/Super Famicom et au bout de quelques secondes à diriger Indy, la filiation saute aux yeux : la patte graphique, les sprites et le gameplay sont très similaires à ceux de la série Super Star Wars. Malgré tout, on note plusieurs différences, dont une notable : là où Super Star Wars proposait un jeu différent pour chaque épisode, cet Indiana Jones propose de retracer les 3 premiers films en une seule fois, rien que ça !!!
Indy dispose d'une panoplie de mouvements assez étoffée : il peut courir, sauter, s'accrocher à des rebords, déplacer des objets, effectuer des roulades (notamment pour franchir des passages étroits). Côté armes, en plus de ses poings, il a accès à un pistolet mais surtout à son fouet, pratique pour défourailler les ennemis et franchir des précipices. Le maniement du fouet est assez sympa, non sans égaler celui de Simon Belmont dans Super Castlevania IV... Des grenades (en nombre limité) font office de smart bombs...
L'univers d'Indiana Jones est bien retranscrit : on retrouve la plupart des scènes cultes, des cut-scenes sous forme d'images digitalisées viennent ponctuer l'aventure, les musiques si emblématiques de John Williams sont immédiatement reconnaissables. Indy est bien animé, les graphismes fourmillent de détails; les environnement et les situations sont assez variés dans l'ensemble. Malgré tout, le titre manque quand même singulièrement de fun et la lassitude finit par s'installer. Le trop est parfois l'ennemi du bien et avec près de 25 niveaux et pas loin de 2h pour en venir à bout, il faut quand même être sacrément motivé ! D'autant plus que la difficulté est assez relevée, malgré un système de passwords bien pratique et des vies à récupérer en collectant 100 cristaux au travers des niveaux.. Quelques passages en mode 7 viennent briser la monotonie ambiante, 2 issus du 2ème film (la descente en matelas pneumatique d'un flanc de montagne enneigé; la course dans la mine à bord d'un wagonnet) et 1 de La Dernière Croisade (le combat aérien à bord du biplan). D'ailleurs, d'une manière générale, ce dernier épisode de la trilogie est un peu laissé de côté je trouve, avec pas mal de scènes cultes manquantes (le jeune Indy qui s'enfuie sur les toits du train au début du film? la course poursuite en bâteau à Venise? la course poursuite à moto lorsque Indy et son père s'échappe du château Nazi?)... La dernière partie du film à Alexandretta (tournée à Petra) aurait pu être un peu mieux exploitée dans le jeu, on a seulement droit à un temple dénué d'intérêt. Pour coller encore un peu plus à l'univers Indiana Jones, Lucas Arts aurait pu glisser quelques énigmes ici et là.
Malgré tout, ce Indiana Jones' Greatest Adventures reste une adaptation réussie dans l'ensemble, à faire si vous êtes fans de la trilogie, comme moi (j'évite sciemment de parler de tétralogie, le 4 étant assez largement en-dessous des autres).
kurush
kurush
Near-mint
Near-mint

Messages : 514
Date d'inscription : 25/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Palmarès JV - Page 8 Empty Re: Palmarès JV

Message par kurush le Mer 24 Avr 2019 - 21:20

Pulstar (Neo.Geo) 19.04.19

Développé par Aicom, Pulstar est un shmup horizontal qui rappelle furieusement la série R-Type, tant dans l'armement que dans la difficulté punitive. Le titre est vraiment très exigeant et vous demandera beaucoup de persévérance, certains passages devant s'apprendre par cœur pour être franchis. La difficulté monte crescendo : si les 2-3 premiers niveaux se parcourent assez facilement, vous allez souffrir dès le niveau 4 jusqu'au niveau final (le Cool. En effet, à chaque mort, on repart complètement à poil et les checkpoints se font rares... Le jeu propose bien de commencer directement aux stages 2, 3 ou 4 mais je vous conseille de débuter par le commencement pour faire le plein de power-ups et maximiser vos chances.
Techniquement, Pulstar est superbe, avec des ennemis en simili 3d transposés dans un environnement 2d, leur donnant un effet de relief très réussi. Les boss sont énormes et abusent des effets de morphing. Surtout le jeu a un très forte identité graphique, on a vraiment l'impression d'évoluer dans un écosystème aliens ! Les environnements sont riches et très variés : entre la station spatiale, les cavernes semi-aquatiques et les forêts grouillant de vie extra-terrestre, le vaisseau organique gigantesque, les champs d'astéroides, il y a de quoi faire !!! La forte identité est sublimée par des musiques absolument somptueuses, alternant l'épique et le glauque.
Pulstar est vraiment un shmup d'exception mais il faut réussir à passer la première phase de rejet dû à sa difficulté dantesque. Une fois que l'on rentre dedans, pour peu que l'on soit un peu maso, c'est vraiment du bonheur en barre ! Par contre, à réserver aux collectionneurs (fortunés) : si vous voulez vous procurer la version AES, comptez à la louche dans les 2500€. Pour à peu près le même prix (bon disons pour 500€ de plus), j'ai quand même tendance à lui préférer Blazing Star, pour sa difficulté un peu plus abordable et son système de scoring totalement addictif. Enfin une chose est sûre, si vous êtes amateurs de shmup et que vous avez le budget adéquat, vous ne vous tromperez ni avec Pulstar, ni avec Blazing Star !!!


Ashita no Joe (Neo.Geo) 19.04.19

On tient là peut-être le pire titre de la Neo Geo... Tiré du manga éponyme et exclusif au marché japonais, le jeu propose de suivre les pérégrinations de Joe dans le milieu de la boxe. On alterne des phase de beat them all et des combats de boxe, mais la lassitude s'installe vite... La liste des coups est relativement complète mais pourquoi n'utiliser que 2 boutons du stick ?!? Il faut en général appliquer une direction et appuyer en même temps sur un bouton de frappe, pas pratique quand on prend en compte que notre perso se déplace également... Le perso est horriblement lent, les coups manquent de portée. La difficulté est très mal dosée, il vaut vraiment s'armer de courage pour terminer le jeu, une vraie purge... Les animations sont ultra raides, les couleurs criardes, les musiques n'exploitent pas le chipset sonore de la Neo Geo mais rappellent plus celles d'une 8 bits. A la limite, seule la taille des sprites nous donne vraiment l'impression de jouer à un jeu Neo Geo... Wave (le développeur) s'est clairement foutu de la gueule des joueurs. A titre d'exemple, la cinématique de fin est la même que celle de l'intro, seule la couleur du ciel change... Vous avez dit fainéantise ?
En définitive, Ashita no Joe est une bonne grosse daube, indigne de la Rolls ! A 300-400 balles la cartouche, à réserver aux collectionneurs uniquement !!!


Knights of the Round (Arcade) 21.04.19

Déjà fini à plusieurs reprises sur Super Famicom, je ne m'étendrai donc pas trop sur cette version arcade. On retrouve la dimension RPG (on monte de niveau en récoltant des points), les 3 persos sélectionnables, l'environnement heroic fantasy très réussi. Arcade oblige, on peut y jouer à 3 simultanément et le système CPS-1 est parfaitement exploité. Bref, cette version surpasse allègrement la version SFC (très bonne au demeurant). Une valeur sûre, made by Capcom !


Dungeons & Dragons - Tower of Doom (Arcade) 22.04.19

Un autre beat them all made by Capcom sorti en 1994 et tournant sur le système CPS-2. Comme son nom l'indique, il exploite la licence Donjons et Dragons, elle-même inspirée de l'univers de Tolkien. L'aventure se déroule dans le monde de Mystara et on peut dire que l'on voit du pays : entre les villages, les forêts, les grottes/cavernes, les passages en bateau, les marais, les châteaux forts et bien sûr la fameuse tour en toute fin de jeu, on nage en pleine heroic fantasy ! Capcom a joué à fond la carte RPG, avec des persos très différents (4 sélectionnables, sachant qu'on peut y jouer jusqu'à 4 en même temps) : le guerrier et le nain sont assez bourrins et basiques, mais le clerc et l'elfe sont déjà beaucoup plus riches en termes de gameplay, avec de nombreux sorts à leur disposition (plutôt défensifs/curatifs pour le clerc et offensifs pour l'elfe). Les ennemis battus rapportent de l'XP et droppent de l'argent comme dans tout bon RPG qui se respecte; on monte de niveau au fur et à mesure de l'aventure et on a accès à la fin de chaque niveau à une boutique pour faire le plein d'items. Le soft propose régulièrement au joueur de choisir parmi plusieurs itinéraires, si bien qu'il faudra le finir à plusieurs reprises pour parcourir tous les embranchements proposés. Les musiques, épiques et médiévales à souhait, sont dans la plus pure tradition Capcom. Je chipoterai juste en disant que le jeu est un poil longuet sur la fin (la fameuse tour dont il faut arpenter tous les étages avant d'affronter le boss final) et que certains décors sont un peu vides et répétitifs mais ce D&D Tower of Doom est une belle réussite en tout point. Apparemment, sa suite (Shadow over Mystara) est encore plus complète et meilleure, à tester prochainement donc !
kurush
kurush
Near-mint
Near-mint

Messages : 514
Date d'inscription : 25/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Palmarès JV - Page 8 Empty Re: Palmarès JV

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 8 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum